Brecht au-delà du spectacle

Brecht au-delà du spectacle

Yan Ciret, article publié dans  la revue  art press n°265 L’époque ne serait pas brechtienne. Son centenaire n’aurait démontré qu’un échec de sa pensée à échapper au...

il est minuit dans la littérature, Sam

il est minuit dans la littérature, Sam

Yan Ciret,article publié dans la revue art press n°274 Dans le petit livre hommage qu’il consacre à Jérôme Lindon, Jean Echenoz considère l’expérience d’écriture en elle-même et invite...

les fantômes irréguliers de l’avant-garde

les fantômes irréguliers de l’avant-garde

Yan Ciret, article paru le 1er juillet 2006 dans art press Aux Éditions Allia Jean-Marie Apostolidès et Boris Donné Ivan Chtcheglov, profil perdu  Ivan Chtcheglov Écrits retrouvés  Patrick...

De la vie nue ou le jugement sans loi

De la vie nue ou le jugement sans loi

Yan Ciret, article paru dans la revue Art press n° 280, Juin 2002 Dans Moyens sans fins, notes sur le politique et l’Ouvert, De l’homme et de l’animal (réédité pour le...

Nathalie Quintane : les déroutes du sens

Nathalie Quintane : les déroutes du sens

Yan Ciret, article publié dans la revue art press n°290 Formage,  Les Quasi-Monténégrins suivi de Deux Frères Éditions P.O.L Qui aime la chansonnette ne pourra qu’aimer Nathalie...

Eugène Savitzkaya - L’enfance nue des origines

Eugène Savitzkaya – L’enfance nue des origines

Consacré « frère en écriture » et comme un « grand écrivain » par Hervé Guibert, Eugène Savitzkaya a depuis Mentir et Mongolie plaine sale, écrit une dizaine de livres baroques, cruels...

Les écritures de Cy Twombly

Les écritures de Cy Twombly

Hanté par les inscriptions, l’empreinte à peindre ou à graffiter, le plus européen des peintres américains expose à la galerie Karsten Greve. Article in  « Le quotidien de Paris », le 11...

Zingaro, une œuvre au noir (Triptyk)

Zingaro, une œuvre au noir (Triptyk)

Profondément ancrés dans les rites de passage, de régénérescence, les spectacles de Bartabas nous ont habitués à leurs cycles de métamorphoses. Entretien avec Bartabas sur Tryptik, sa...

Continent créole (dans le vent d’ouest du cyclone) Entretien avec Raphaël Confiant par Yan Ciret

Continent créole (dans le vent d’ouest du cyclone) Entretien avec Raphaël Confiant par Yan Ciret

Suivi de Soulèvements (comme une pierre de lave jetée dans le jardin du maître) Yan Ciret : En quoi l’enseignement du créole est-il une question cruciale de ce que vous avez appelé,...

Le carré noir sur fond noir de Guy Debord

Le carré noir sur fond noir de Guy Debord

Chaque film est une guerre, une aventure, un conflit avec le monde réel, peu de cinéastes ont fait de cette bataille incessante la matière même de leur oeuvre. Et si quelqu’un a poussé à...

L’autodafé de Guy Debord (II)

Une esthétique du dépassement de l’art et pensée chinoise

(Texte remanié et augmenté de la conférence donnée au colloque « Guy Debord » au Parlement des philosophes et Musée d’art moderne de Strasbourg, en février 2007)

L’apologétique du nihilisme de Guy Debord ne défend pas le néant, elle s’oppose à lui par les mêmes moyens et use de ses méthodes. Son discours, issu de la rhétorique militaire, se déploie avec une variété de stratégies, qui fait d’un repli, une attaque, et d’une offensive, sa négation. Cet infini de principes contient sa contradiction, il la serre en lui-même, faisant de l’ombre du négatif sa proie fugitive, afin que se dégage une guerre de mouvement.

février 28, 2016  |  No Comments » Lire la suite
Guy Debord : Les Fantômes irréguliers de l’avant-garde (Diptyque sonore)

Guy Debord : Les Fantômes irréguliers de l’avant-garde (Diptyque sonore)

Une émission de Yan Ciret, sur France Culture in “Surpris par la nuit” (novembre 2006).
Réalisation Pierre Willer

Les années lettristes de Guy Debord : la poésie du scandale (1/2)

Sur quelques quartiers de Paris, une avant-garde bouleverse tous les principes de l’art, et détruit avec la violence du scandale tous les éléments de la société existante. Fondé après la guerre par Isidore Isou, vite rejoint par Gabriel Pomerand, le mouvement lettriste attire à la lui la jeunesse la plus révoltée. Une bande, ou plutôt un « gang » se constitue avec des créateurs dont la sauvagerie n’a d’égal que le talent pour le « dépassement de l’art ».

février 27, 2015  |  Commentaires fermés Lire la suite
Vers le Chaos-monde - Entretien avec Édouard Glissant

Vers le Chaos-monde – Entretien avec Édouard Glissant

 Dans cet entretien, Edouard Glissant, poète, romancier, essayiste, auteur dramatique et penseur de la “créolisation” revient sur la notion de Chaos-monde comme espace où les cultures occidentales peuvent rencontrer les cultures qui ne le sont pas…

juin 22, 2014  |  No Comments » Lire la suite
Il est de la règle de vouloir la mort de l’exception – J.L. Godard, propos recueillis

Il est de la règle de vouloir la mort de l’exception – J.L. Godard, propos recueillis

« Les pauvres sauveront le monde, malgré eux » J.L. Godard.

« La culture pour moi, c’est la règle, alors que l’art c’est l’exception. La culture c’est la diffusion, et l’art la production. J’ai toujours été parfaitement produit, mais j’ai toujours été diffusé avec condescendance pour ne pas dire avec animosité voire de la négligence. Ces phénomènes de production et de diffusion sont très importants.

juin 15, 2014  |  No Comments » Lire la suite
Debord dans le temps - entretien avec Philippe Sollers

Debord dans le temps – entretien avec Philippe Sollers

« Par laquelle oeuvre se pourra connaître la grandeur du prince dont vous parlerai, et aussi de votre entendement. »
Mémoires. Guy Debord, 1958.

En 1958, sort le premier numéro d’Internationale Situationniste, Guy Debord a 26 ans. Philippe Sollers publie son premier roman, Une curieuse solitude, il a 21 ans.
Lors d’un entretien avec Yan Ciret, l’auteur  de ParadisStudio mais aussi du film Guy Debord, une étrange guerre dans la série “Un siècle d’écrivain” (France 3) revient sur leurs parcours respectifs, mutuels, parallèles dans les avant-gardes de leur temps.

juin 08, 2014  |  No Comments » Lire la suite
L'anticoncept de G. J. Wolman - conférence de Yan Ciret

L’anticoncept de G. J. Wolman – conférence de Yan Ciret

Projeté et décrypté par Yan Ciret, aux Laboratoires d’Aubervilliers, en janvier 2010, le film pré-situationniste, L’Anticoncept de Wolman fut immédiatement interdit par le comité de censure en 1952 ; sa clandestinité allait durer une trentaine d’année. L’arrêt de la préfecture, une fois levé, ne révèlera aucune raison précise quant à cette interdiction. C’est la forme, violente, radicalement anti-cinématographique, qui fut sans doute la raison du scandale. Il s’agit pourtant de l’un des films parmi les plus importants de l’histoire du cinéma. Projetés sur un ballon d’hélium, des cercles noirs et blancs, alternent à des rythmes stroboscopiques. Tandis qu’un texte essai, poème, biographique, scientifique, vient percuter la masse visuelle de stridences sonores.

juin 08, 2014  |  No Comments » Lire la suite
P.P. Pasolini dans le chaudron des hérésies

P.P. Pasolini dans le chaudron des hérésies

Il faudrait relever les mille manières d’évitements, d’aveuglements, dont la figure de P.P. Pasolini a été systématiquement l’objet. On croit le connaître, l’identifier en dissident martyr, en philologue marxiste, chrétien, et adepte de Freud, puis en cinéaste de la sacralité héritée de ses maîtres de la Renaissance italienne. N’a-t-il pas voué un culte sans partage à Roberto Longhi, l’historien d’art de la “fulguration figurative” pasolinienne? C’est-à-dire une haine de l’abstraction, l’amour et l’adoration de l’”expression” native des corps, des visages, qui lui faisait détester les froides extensions rationalistes des écrits sadiens.

juin 07, 2014  |  No Comments » Lire la suite
Sarah Kane, dernier blasphème de l’Occident

Sarah Kane, dernier blasphème de l’Occident

« Le suicide est une catégorie de l’Espérance. » Jacques Lacan.

 Devant une pièce telle que 4.48 Psychose, de Sarah Kane, quelque chose claque, comme une évidence, une manière lumineuse d’être en présence d’un chef d’œuvre. On se demande alors, pourquoi tant d’évitements, de refuges, de dénégations, d’appropriations fausses ou vampiriques. La langue est-elle maniée, dans sa profondeur la plus haute, avec une intensité telle, que personne ne pourrait s’y attaquer sans s’y brûler, s’aveugler sur son sens ? Certains y voit, opportunément, une pièce testamentaire, signée par le suicide de son auteur, d’autres refluent vers l’indicible, les zones obscures de l’invisible, la métaphysique de théâtre. Combien de manières, de ne pas lire, de ne pas voir, de ne pas entendre, et au final tant de façons de ne pas vouloir savoir.

juin 07, 2014  |  No Comments » Lire la suite
Poursuite !

Poursuite !

Rien ne paraît pouvoir enrayer la mise en lumière du réel. Le cloisonnement des disciplines s’en trouve déplacé au point que les frontières entre représentation et expérience s’avèrent sans objet. C’est dans cette perspective, selon Yan Ciret, qu’il faut envisager l’avènement de ce pinceau lumineux du théâtre, du cirque et du music-hall, qu’est la «poursuite».

Publié dans Lux, des lumières aux lumières, Gallimard,  Les cahiers de médiologie n°10

mai 20, 2014  |  No Comments » Lire la suite
Outside Poetry /Vox in Action - Remarques sur le festival actoral

Outside Poetry /Vox in Action – Remarques sur le festival actoral

Un au-delà de « l’émergence des nouvelles écritures » devrait se dessiner, pour récuser ce que les formules peuvent avoir de normatif ou d’amnésique. Il n’y a rien de nouveau dans le montage des disciplines, performances, arts plastiques, pratiques textuelles, chorégraphies, musiques, il n’y a que l’apparition de ce qui était voilé, relégué à l’arrière plan. C’est un mouvement de fond, qu’un festival tel qu’actoral fait maintenant surgir, rend clair à la distinction des genres. Et non pas à leur confusion « transdisciplinaire » désormais largement officialisée.

mai 11, 2014  |  No Comments » Lire la suite
Le Don de Gabriel - Hanif Kureishi

Le Don de Gabriel – Hanif Kureishi

L’accueil plus que réservé, fait au livre d’Hanif Kureishi Le don de Gabriel, ressemble à s’y méprendre au malentendu du Furies de Salman Rushdie. Non pas qu’il faille toujours comparer les deux auteurs, cela a déjà été (en vain) beaucoup le cas, par facilité communautaro-littéraire, mais parce que dans les deux œuvres on a cru voir un repli sur l’intimité. « Grâce », notamment, à l’explicite d’Intimité, livre de Kureishi adapté au cinéma par Patrice Chéreau.

mai 11, 2014  |  No Comments » Lire la suite
La fabrique, la révolution, l’émancipation - Jacques Rancière

La fabrique, la révolution, l’émancipation – Jacques Rancière

Une pieuvre idéologique enserre toute pensée révolutionnaire, elle en destitue la violence légitime, qui déclasse l’ordre établi ; elle lui dénie le droit à la théorie nécessaire, qui réintroduit le « n’importe qui » démocratique dans un agencement qui échappe au déterminisme social. Cette pensée émancipée s’élève contre l’assignation de l’individu à des identifications lui retirant sa capacité subjective, de produire du sens en son nom propre. Nombre des auteurs de la Fabrique connaissent ce procès.

mai 11, 2014  |  No Comments » Lire la suite
Royaume forain - anthropologie historique et esthétique circassienne

Royaume forain – anthropologie historique et esthétique circassienne

Ce documentaire sonore conçu par Yan Ciret et réalisé avec Gaël Gillon et Anne Fleury, propose, en 8 volets et près de 10h de témoignages historiques, scientifiques, artistiques (littérature, cinéma, arts plastiques) de montrer les rapports entre l’art forain, l’art des mythes et la culture populaire. Avec notamment Johann le Guillerm , Adrienne Larue, Alexandre Romanès, Les Arts-Sauts, Pierre Étaix, Romeo Castellucci,  François Tanguy, Bartabas, Jérôme Thomas, Orlan, Mathurin Bolze et les voix de Witold Gombrowicz, Philippe Soupault, Claude Lévi-Strauss, André Leroi-Gourhan, Georges Bataille, Jean Rouch…

mai 10, 2014  |  No Comments » Lire la suite
Au risque de la performance - Centre Pompidou

Au risque de la performance – Centre Pompidou

La performance s’est imposée sur la scène artistique dans un contexte politique bien particulier celui des années 70. Elle n’a jamais disparu, mais elle a pu aux yeux de certains sembler quelque peu dévaluée. Elle est aujourd’hui, dans son extrême diversité au cœur du festival, grâce à ses capacités propres d’hybridation entre les disciplines mais aussi parce qu’elle est un vecteur privilégié de démarches singulières et critiques.

mai 10, 2014  |  No Comments » Lire la suite