Mario Vargas Llosa - Des anges en Amérique

Mario Vargas Llosa – Des anges en Amérique

Avec ce texte de l’écrivain Mario Vargas Llosa, sur la pièce Angels in America de Tony Kushner, « Cosmos » commence la publication de textes inédits, ou rares voire non traduits. Celui-ci du...

Les communautés publiques

Les communautés publiques

« Cahiers de théâtre », N° 12, mars-avril 1994. Entretien Jean-Christophe Bailly, par Yan Ciret Suivi de  Panoramiques, Jean-Christophe Bailly, éditions Bourgois (2000), art press...

Jamaica Kincaid - au fond de la rivière

Jamaica Kincaid – au fond de la rivière

Editions de l’Olivier  Yan Ciret, article publié dans  la revue  art press n°274. La géographie d’un écrivain, celle dont il vient et celle qu’il vise, indique toujours...

Brecht au-delà du spectacle

Brecht au-delà du spectacle

Yan Ciret, article publié dans  la revue  art press n°265 L’époque ne serait pas brechtienne. Son centenaire n’aurait démontré qu’un échec de sa pensée à échapper...

il est minuit dans la littérature, Sam

il est minuit dans la littérature, Sam

Yan Ciret,article publié dans la revue art press n°274 Dans le petit livre hommage qu’il consacre à Jérôme Lindon, Jean Echenoz considère l’expérience d’écriture en elle-même et invite...

les fantômes irréguliers de l’avant-garde

les fantômes irréguliers de l’avant-garde

Yan Ciret, article paru le 1er juillet 2006 dans art press Aux Éditions Allia Jean-Marie Apostolidès et Boris Donné Ivan Chtcheglov, profil perdu  Ivan Chtcheglov Écrits retrouvés  Patrick...

De la vie nue ou le jugement sans loi

De la vie nue ou le jugement sans loi

Yan Ciret, article paru dans la revue Art press n° 280, Juin 2002 Dans Moyens sans fins, notes sur le politique et l’Ouvert, De l’homme et de l’animal (réédité pour le...

Nathalie Quintane : les déroutes du sens

Nathalie Quintane : les déroutes du sens

Yan Ciret, article publié dans la revue art press n°290 Formage,  Les Quasi-Monténégrins suivi de Deux Frères Éditions P.O.L Qui aime la chansonnette ne pourra qu’aimer Nathalie...

Eugène Savitzkaya - L’enfance nue des origines

Eugène Savitzkaya – L’enfance nue des origines

Consacré « frère en écriture » et comme un « grand écrivain » par Hervé Guibert, Eugène Savitzkaya a depuis Mentir et Mongolie plaine sale, écrit une dizaine de livres baroques, cruels...

Les écritures de Cy Twombly

Les écritures de Cy Twombly

Hanté par les inscriptions, l’empreinte à peindre ou à graffiter, le plus européen des peintres américains expose à la galerie Karsten Greve. Article in  « Le quotidien de Paris », le 11...

Decouflé Vidéodrome

Decouflé Vidéodrome

On peut imaginer deux ou trois choses sur le «Barnum audiovisuel» du troisième millénaire. Concédons d’abord qu’une bonne partie de son défilé d’information, et qu’une partie de ses fictions d’actualité sont déjà «transgéniques», du réel modifié, dénaturé. Pour s’y retrouver, l’expérience ne suffit plus ; le réel lui même se passe de vérification et s’accorde à prendre le format du direct télévisuel. La nature imite l’art en somme, sauf que d’art, il n’y en a pas. Plutôt des parts de marché distribuées au milieu de leçons de morale humanitaires. Il fallait un allumé aussi doué que Philippe Decouflé pour venir tirer son épingle dans un jeu cathodique aussi verrouillé. De ce réel transfusé dans le bocal d’asepsie de l’information, le créateur de Decodex a fait une salubre «piste aux étoiles». Contre toute attente, ses micro-fictions plastiques, ses corps détourés et souples, son imaginaire où le peuple ne manque pas, sont devenus des poissons dans l’eau du bain télévisuel. L’aquarium amniotique de la lucarne ouvre son œil de loupe dès qu’apparaissent ces électrons sinon libres, du moins assez en apesanteur, assez «délirants», pour interrompre le flux continu d’images.

août 16, 2019  |  No Comments » Lire la suite
Le fils sauvage - entretien de Stanislas Nordey avec Yan Ciret

Le fils sauvage – entretien de Stanislas Nordey avec Yan Ciret

Yan Ciret : Guibert déjà très atteint par le sida devait jouer en Avignon son propre rôle. Dans son idée de transparence totale. Est-ce que ce n’est pas finalement, ce qu’on pourrait demander à tout acteur? D’arriver à se balancer avec son propre corps, sa propre maladie, ses propres affects et arriver à cette extrême visibilité de lui-même ?

Stanislas Nordey : Je suis assez pour cela, étant quelqu’un qui travaille avec les acteurs souvent sans savoir exactement où cela s’arrête. Même si tu travailles dans une transparence totale, sur un plateau, tu n’es plus dans le même temps et le même espace. Par exemple, à la fin des séances, je fais ce qui s’appelle des “notes de travail”; chaque comédien va sur scène, tout seul, face aux autres et il raconte comment s’est passée la journée de travail, c’est lui qui parle avec ce qu’il a, avec son corps.

août 16, 2019  |  No Comments » Lire la suite
Olivier Cadiot - Retour définitif et durable de l’être aimé (éditions P.O.L.)

Olivier Cadiot – Retour définitif et durable de l’être aimé (éditions P.O.L.)

Interview de Yan Ciret in artpress 271 / février 2002

Yan Ciret : Votre premier livre l’Art poétic’ spatialisait l’espace à la manière d’une maquette, d’un plan d’architecture, dans la lignée de Mallarmé ou des Carnets de Valéry, donnant au livre une ouverture vers un paysage de signes, ceux-ci allaient par extension logique se concrétiser dans la musique avec Pascal Dusapin, avec Rodolphe Burger et le sample aujourd’hui ; mais ce passage par la voix, la scène avec le Colonel des zouaves, revient dans Retour définitif et durable de l’être aimé, sous forme de temporalités, de rythmes, de stanze. Est-ce qu’un art du temps (du tempo) ne s’est pas substitué à un art de l’espace ?

mai 21, 2018  |  No Comments » Lire la suite
L’autodafé de Guy Debord (I)

L’autodafé de Guy Debord (I)

Une esthétique du dépassement de l’art

Conférence de Yan Ciret, pour le colloque « Guy Debord » au Parlement des philosophes et Musée d’art moderne de Strasbourg. Février 2007

mai 08, 2018  |  No Comments » Lire la suite
Montebello, Maryse Condé

Montebello, Maryse Condé

Entretien de Yan Ciret avec Maryse Condé pour la revue “Identité Caraïbes”,

février 19, 2018  |  No Comments » Lire la suite
Jacques Rancière Le tombeau de la fin de l’histoire

Jacques Rancière Le tombeau de la fin de l’histoire

Entretien par Yan Ciret (Numéro 258, artpress, juin 2000).

Philosophe du lien entre esthétique et politique, Jacques Rancière publie Le Partage du sensible (éditions La Fabrique), un livre clef qui récuse les dramaturgies de la fin de l’histoire tout autant que les « retours à » réactionnaires. Au-delà des débats sur la crise de l’art la mort de l’image, la fin des idéologies, c’est l’inscription des pratiques artistiques dans un découpage des temps et des espaces, du visible et de l’invisible de la parole et du bruit, qui est recherchée. Sa lecture de l’histoire à travers la fiction, son analyse de la modernité hors des catégories, font de cette pensée l’un des espaces d’intelligibilité de l’art actuel.

mai 08, 2017  |  No Comments » Lire la suite
Le dos de dieu - Romeo Castellucci / Entretien

Le dos de dieu – Romeo Castellucci / Entretien

Révélation du dernier Festival d’Automne, la Societas Raffaello Sanzio met en scène l’origine et la fin du monde, à travers un théâtre où les états du corps sont confrontés à la matière, corps de l’animal et machine. Leur metteur en scène, Romeo Castellucci, produit une œuvre inclassable entre mythe et plasticité infernale. art press n° 270, (juillet-août 2001)

mai 06, 2016  |  No Comments » Lire la suite
Valère Novarina : langue perdue, langues sauvées

Valère Novarina : langue perdue, langues sauvées

Entretien Valère Novarina.
Écrivain, metteur en scène, peintre
Revue « Cahiers de Théâtre », juin 1993.

Au moment où paraissent L’Inquiétude et L’animal du temps tirés du Discours aux animaux (POL), on mesure à quel point les textes de Valère Novarina sont fondamentaux – au sens de la musique ou de la physique fondamentale. – pour la survie du théâtre par l’écriture. Parce qu’ils ont la violence baroque des grands textes hérétiques de Giordano Bruno, avec la force de ces hérésies oratoires qui portent en elles toutes les transfigurations humaines, la violence blanche et noire, sarcastique, de Rabelais à Swift, des imprécations qui invoquent la perte originelle de l’innocence, notre chute dans le temps, et l’assomption dans le verbe.

mai 06, 2016  |  Commentaires fermés Lire la suite
Ce qu’intervenir veut dire - Entretien avec Pierre Bourdieu

Ce qu’intervenir veut dire – Entretien avec Pierre Bourdieu

Cet entretien avec Pierre Bourdieu a été réalisé par Yan Ciret en décembre 1994, suite à la sortie de « La misère du monde », un imposant ouvrage de facture inhabituelle dans lequel une équipe de vingt-trois sociologues a procédé à de longs entretiens avec tout un kaléidoscope social de personnes : travailleurs immigrés, habitants de Zup, couple de SDF ou de petits agriculteurs, policiers, infirmières, étudiants…

avril 09, 2016  |  No Comments » Lire la suite
B.M. Koltès, lettres de la beauté damnée de l’outre-monde

B.M. Koltès, lettres de la beauté damnée de l’outre-monde

Yan Ciret, nonfiction.fr, 15 octobre 2009.

La reconnaissance publique que connaît Bernard-Marie Koltès n’a peut-être d’égale que sa méconnaissance profonde. Le dramaturge serait un maudit en pleine lumière, un malentendu éclatant, pour l’auteur français le plus représenté dans le monde.

avril 08, 2016  |  No Comments » Lire la suite
Philip Roth - Du péché originel

Philip Roth – Du péché originel

La Tache (éditions Gallimard)

Yan Ciret – Art press n° 284, 1 novembre 2002

Philip Roth est un ogre, l’un de ceux dont les livres dévorent la réalité jusqu’à la laisser exsangue. On croyait son talent en perte de vitesse (1) puis vint Patrimoine, retour sur soi à travers la mort du père. Suivirent ces pics que sont l’Opération Shylock et le Théâtre de Sabbath, exercices de schizophrénie délirante opérant dans la chair même de la théodicée américaine ; c’est-à-dire remuant ciel et terre pour faire rendre sa vérité à l’alliance entre la justice divine hébraïque confondue au messianisme de «l’axe du bien».

avril 08, 2016  |  No Comments » Lire la suite
La loi ou la passion de la servitude /Entretien Philippe Sollers

La loi ou la passion de la servitude /Entretien Philippe Sollers

Philippe Sollers, écrivain, essayiste

Yan Ciret : Dans votre préface aux romans de Jean Genet, vous déchiffrez la censure comme étant devenue invisible, la loi l’ayant intégrée aux actes, aux auteurs eux-mêmes, aux individus, la loi aurait aussi intégré sa propre transgression ?

mars 30, 2016  |  No Comments » Lire la suite
Bob Wilson, Orlando, Elle seule - Entretien avec Isabelle Huppert 

Bob Wilson, Orlando, Elle seule – Entretien avec Isabelle Huppert 

« On pourrait compter la vie de l’actrice en années lumière, mais le temps que son aura nous parvienne, il se peut que le celluloïd qui nous renvoyait son image se soit détruit, que la photographie où en habit de lumière elle nous regardait au-delà de nous-mêmes, pourrisse sous l’acidité de la colle qui nous avait permis de fixer son image. En ce printemps 93, dans l’Odéon désert, juste avant d’entrer en scène, l’actrice parla d’Isabelle Huppert, d’Orlando, de sa solitude, et de son metteur en scène Bob Wilson. On comprit très vite que l’autre nom de la torture (amoureuse) se devait être : La Question. » Yan Ciret

mars 12, 2016  |  No Comments » Lire la suite
L’Europe contre les nations - Entretien Alain Finkielkraut

L’Europe contre les nations – Entretien Alain Finkielkraut

« Les hommes ont besoin de l’Histoire ; elle les aide à se faire une idée de qui ils sont.
Mais l’Histoire comme la sainteté, peut résider dans le cœur ; c’est assez qu’il ne soit pas vide. » 
V.S. Naipaul. 

Yan Ciret : Pourquoi vous en êtes vous pris si souvent au métissage, à ce vivre ensemble des sociétés pluriculturelles. Pourquoi vous en êtes vous pris à ce que Godard a appelé pour Sarajevo un « art de vivre» et là les deux mots comptent?

 Alain Finkielkraut : (long silence) Parce qu’il me semble qu’il s’agit tout à la fois d’une grande imposture et d’une grande illusion. Le métissage est le moyen pour l’illusion lyrique qui s’était investie dans le communisme de se perpétuer après le communisme.

mars 08, 2016  |  No Comments » Lire la suite